Serrapeptase Peptizyme 130 000 SU 60 gélules

Serrapeptase Peptizyme 130 000 SU 60 gélules

Prix : 29,90

En stock

- +

Serrapeptase 130 000 SU à enrobage gastro-resistant

Les enzymes systémiques sont la clé de votre bien-être et de votre santé. Or, la nourriture industrielle et l’exposition aux toxines environnementales et à certaines maladies obligent votre organisme à se surmener afin de fabriquer de plus en plus d’enzymes pour faire face aux nombreuses réactions complexes qui ont lieu en permanence dans votre corps.

Pour atténuer l’inconfort qui en résulte, beaucoup de personnes recourent aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène. C’est efficace, mais les effets secondaires ne sont pas sans danger : saignements gastriques, lésions articulaires, perturbations du métabolisme, augmentation de la glycémie, perte osseuse et troubles émotionnels, entre autres.

En juillet 1998, l’American Journal of Medicine écrivait au sujet des complications gastro-intestinales et métaboliques des AINS : « Des calculs prudents estiment qu’environ 107 000 patients par an sont hospitalisés à cause de complications gastro-intestinales liées à l’usage d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, et qu’au moins 16 500 décès leur sont liés dans la seule population des patients arthritiques. Les chiffres des utilisateurs d’AINS seraient impressionnants et l’étendue du problème est généralement sous-évaluée. »

L’enzyme systémique naturelle serrapeptase, quant à elle, est un catalyseur qui stimule et ajuste les capacités de récupération de l’organisme, avec des effets secondaires minimes.

 

Indications

La serrapeptase est une enzyme systémique puissante qui subvient aux besoins de tout votre organisme. Une de ses propriétés est de dissoudre la fibrine, une protéine qui est un élément de coagulation et peut se coller aux parois capillaires et artérielles en formant des caillots. La serrapeptase débarrasse la circulation sanguine des complexes immuns (l’association d’un antigène et d’un anticorps spécifique) et des protéines non digérées avant qu’elles ne puissent se loger dans les articulations où elles nuisent aux tissus et provoquent de la douleur.

Elle est donc indiquée pour éliminer la douleur et l’inflammation dans le cadre de différentes pathologies. Elle agit en détruisant les tissus morts, les caillots sanguins, les kystes, la plaque d’athérome et le tissu cicatriciel, sous toutes leurs formes. On la recommande contre :

  • le risque cardiovasculaire,
  • l’arthrite rhumatoïde,
    • l’œdème,
    • le syndrome du canal carpien,
    • l’enflure postopératoire,
    • la sinusite chronique
    • la maladie fibrokystique du sein,
  • la maladie de La Peyronie,
  • les varices,
  • la migraine…

 

Posologie

1-2 gélule 2 fois par jour 1/2 heure avant les repas.

 

La maladie de La Peyronie

Bien que ce ne soit pas toujours un sujet ouvertement abordé, la bonne santé des organes génitaux est considérée comme de la plus haute importance pour de nombreuses personnes. La plus légère variation de la fonction ou de l’apparence des organes génitaux est rapidement détectée, puis une solution vite recherchée. Mais bien que la médecine conventionnelle soit attentive aux demandes de ces patients, certains problèmes sont notoirement difficiles à traiter.

La maladie de La Peyronie est une sclérose des corps caverneux qui entraîne une déformation du pénis. L’érection est alors déviée ou courbée, et douloureuse. La cause exacte en est inconnue et peut varier d’un cas à l’autre, mais le résultat est le même. Les dégâts microvasculaires dans les zones sensibles du pénis amorcent une réponse immunitaire au niveau de la zone lésée, mais pour une raison inconnue, l’inflammation persiste. La fibrine entraîne la formation de tissu cicatriciel autour de la zone affectée, qui peut former une plaque empêchant l’érection complète du pénis.

Les options de traitement peuvent inclure des interventions chirurgicales très invasives et risquées, sans garantie de résultat. Or, le but à atteindre pour résoudre ce problème étant la réduction de l’inflammation et du tissu cicatriciel, les enzymes systémiques comme la serrapeptase sont une alternative adaptée.

De nombreuses enzymes ont démontré leur capacité à soulager les symptômes de la maladie de La Peyronie. La nattokinase, par exemple, a été largement étudiée pour sa capacité à décomposer la fibrine dans l’organisme et a fait la preuve qu’elle était plus efficace que la plasmine. La serrapeptase augmente la décomposition et l’élimination de la fibrine, et possède en plus un effet anti-inflammatoire. Quant à la bromélaïne, elle contient des enzymes protéolytiques (qui digèrent les protéines) agissant à de nombreux niveaux dans le processus de décomposition qui permet d’abaisser le taux de fibrine.

Les patients qui ont bénéficié d’une thérapie aux enzymes systémiques en relation avec cette pathologie ont constaté que cette approche dynamique avait amélioré leur état. En combinant l’efficacité des enzymes systémiques, on possède une alternative saine et naturelle pour le traitement de la maladie de La Peyronie

 

Utilisation

La marque déposée Peptizyme-SP® est une garantie absolue de qualité. Il est important de respecter la posologie indiquée, jusqu’à ce que les résultats soient visibles. Vous pourrez ensuite passer à la posologie d’entretien.

La serrapeptase peut être utilisée en même temps que d’autres enzymes systémiques, comme le Serracor NK, pour maintenir l’activité fibrinolytique (dissolution des thromboses) et la viscosité du mucus dans le système respiratoire.

 

La serrapeptase

La serrapeptase – également connue sous le nom de serratiopeptidase et serratia peptidase – est une enzyme protéolytique très active, dérivée d’une espèce de bactéries initialement présente dans l’intestin des vers à soie. Il s’agit de la bactérie Serratia mercesans qui permet aux vers à soie métamorphosés en papillons de dissoudre les fils de leur cocon pour en sortir. Bien entendu, aucun ver ni papillon n’est sacrifié pour fabriquer la serrapeptase à partir de la bactérie serratia. Celle-ci est cultivée seule pour produire l’enzyme par fermentation.

La serrapeptase entérosoluble Peptizyme-SP® est la forme la plus puissante sur le marché mondial et n’a pas d’équivalent car elle contient 130 000 US, unités de serrapeptase (elle est également disponible en 80 000 unités).

 

Le dosage

Certains fabriquant trompent leurs clients en affirmant qu’ils proposent de la serrapeptase à 250 000 US. Ils leur font croire qu’ils commercialisent la serrapeptase la plus puissante car leur produit contient 250 000 US par « dose posologique », c’est-à-dire deux capsules dans la plupart des cas, donc seulement 120 000 US par capsule. Ne vous laissez pas convaincre par ces annonces trompeuses dont le but est de créer la confusion. AST Enzymes est le plus important fabricant de serrapeptase au monde et propose la formulation la plus haute, avec 130 000 US par capsule ! La qualité et le prix de ses produits parlent d’eux-mêmes.

 

L’enrobage entérosoluble

Il s’agit d’une couche protectrice qui enrobe les compléments alimentaires pour qu’ils restent intacts durant leur passage dans l’estomac, puis soient absorbés dans l’intestin grêle. Les enzymes systémiques sont des protéines dont la structure fonctionnelle est altérée ou détruite dans des conditions de pH et de température trop extrêmes. Sans cet enrobage, les enzymes seraient dénaturées, donc inutilisables, bien avant d’atteindre la circulation sanguine où leurs effets bénéfiques opèrent.

La serrapeptase entérosoluble d’AST Enzymes peut traverser l’environnement gastrique très acide sans être dégradée. Cette caractéristique garantit l’absorption intestinale et l’activité systémique de l’enzyme dans les meilleures conditions. Son enrobage résistant au pH gastrique se désintègre naturellement dans l’environnement alcalin de l’intestin.

La plupart des marques commercialisent une serrapeptase non entérosoluble, c’est-à-dire que l’enzyme est soumise dans l’estomac à une acidité à laquelle elle ne peut pas survivre et qu’elle y perd toute son efficacité. L’enrobage de la Peptizyme-SP® protège, quant à lui, l’enzyme de l’environnement gastrique acide, ce qui améliore son absorption intestinale, son activité systémique et donc son efficacité.

Chez AST Enzymes, on utilise le copolymère d’acide méthacrylique (CAMA) pour enrober les enzymes. Il ne s’agit pas d’un phtalate. Les résultats de plusieurs études indépendantes montrent que ce copolymère est le plus résistant aux acides gastriques, comparé à d’autres enrobages généralement utilisés, comme l’acétate phtalate de cellulose et le phtalate d’hydroxypropyl méthylcellulose. Il est prouvé que le CAMA résiste mieux à l’acide gastrique et ne libère son contenu qu’une fois dans l’intestin grêle où il est absorbé par la circulation.

Le CAMA est un composé de qualité alimentaire utilisé comme enrobage par l’industrie pharmaceutique depuis plus de cinquante, sans qu’on ait jamais constaté d’effet indésirable. En fait, l’Autorité européenne de sécurité des aliments – qui a mené des études ayant abouti en 2004 à l’interdiction en Europe de six types de phtalates dans des produits d’hygiène – a estimé que le CAMA pouvait être utilisé comme agent d’enrobage pour les compléments alimentaires.

Le Cama est considéré comme sûr non seulement par la Food and Drug Administration, mais aussi par l’Agence de protection environnementale qui a mené diverses études et trouvé assez d’éléments pour conclure raisonnablement que l’usage courant du CAMA n’affectait ni la population ni l’environnement.

 

Le rapport entre US et UI

L’activité d’une enzyme est estimée par la mesure de ses unités actives (U). Pour les unités de serrapeptase, on parle d’US. C’est la seule mesure valable pour les enzymes en général et la serrapeptase en particulier. En effet, la mesure en UI (unités internationales) est un standard appliqué aux vitamines et minéraux, et qui définit la quantité de substance produisant un effet biologique spécifique.

S’agissant de l’enzyme serrapeptase, caractérisée par sa puissance de destruction de la fibrine et autres protéines, c’est-à-dire par son activité, la mesure quantitative en UI n’est donc pas pertinente. Pourtant, certains produits à la serrapeptase sont mesurés indifféremment en UI et en US, comme si les deux mesures étaient interchangeables.

Dans la Peptizyme-SP®, le dosage de la serrapeptase est indiqué en US, seule garantie que ses composants sont biodisponibles.

 

 

Études

Les effets nombreux et variés de la serrapeptase sur la réponse immunitaire de l’organisme ont été étudiés en détail.

En Inde, les chercheurs ont mené une étude pour évaluer la réponse de la serrapeptase chez les patients souffrant du syndrome du canal carpien, pour déterminer si cette approche conventionnelle non chirurgicale leur serait bénéfique. Vingt patients atteints de ce syndrome ont été cliniquement évalués après six semaines de traitement à la serrapeptase : 65 % montraient une amélioration significative, confirmée par l’amélioration conjointe des paramètres électrophysiologiques. Aucun effet secondaire significatif n’a été observé. Les médecins en ont déduit que la serrapeptase était une alternative utile en tant que traitement conservateur.1

 

Une évaluation clinique de la serrapeptase a été conduite pour déterminer son efficacité contre les symptômes de l’engorgement mammaire. L’effet de la serrapeptase a été jugé supérieur à celui du placebo pour soulager la douleur, le gonflement et l’induration, et 85,7 % des patientes ayant reçu la serrapeptase ont ressenti un soulagement « modéré à marqué ». Aucune réaction secondaire n’a été rapportée. Les chercheurs ont conclu que la serrapeptase était une méthode sûre et efficace pour le traitement de l’engorgement mammaire.2

 

Une étude prospective a été conduite sur les effets de la serrapeptase sur l’enflure et la douleur postopératoires de la cheville. Dans le groupe qui avait pris de la serrapeptase, l’enflure a diminué de 50 % au troisième jour après l’opération ; tandis que dans le groupe de contrôle (qui n’avait bénéficié que de l’application de glace sur la cheville), l’enflure n’a pas diminué. Une atténuation de la douleur a accompagné celle de l’enflure chez la plupart des sujets. Sur la base de ces résultats, la serrapeptase peut être considérée comme efficace contre l’enflure postopératoire, comparée aux mesures conventionnelles, par exemple l’application de glace.3

 

L’efficacité de la serrapeptase a été évaluée dans une étude multicentrique en double-aveugle contrôlée par placebo sur 193 sujets souffrant d’une maladie de l’oreille, du nez ou de la gorge. Après un traitement de 3-4 jours, une régression significative des symptômes a été observée chez les patients traités à la serrapeptase. La comparaison statistique a confirmé la plus grande efficacité de la serrapeptase sur tous les symptômes étudiés. On a conclu que la serrapeptase a une activité anti-œdémateuse et fibrinolytique (de dissolution de la fibrine et du caillot sanguin) à action rapide sur les zones localisées.4

 

La serrapeptase est largement utilisée par les cliniciens japonais. Une recherche sur les effets de la serrapeptase sur les expectorations de patients atteints de maladies chroniques des voies respiratoires a été conduite au Japon. Après quatre semaines de traitement à la serrapeptase, la production de crachats, leur viscosité et leur nombre de globules blancs neutrophiles avaient significativement baissé. La fréquence de la toux et des expectorations avait également diminué. Les chercheurs en ont déduit que la serrapeptase pouvait avoir un effet bénéfique sur l’élimination du mucus par la réduction du nombre des neutrophiles et par la fluidification des crachats chez les patients atteints de maladies chroniques des voies respiratoires.5

 

Une étude clinique inhabituelle, effectuée sur un modèle animal in vivo, a évalué l’efficacité de la serratiopeptidase dans l’éradication d’une infection péri-prostatique (sur le site de l’implantation d’un dispositif orthopédique). Les infections par des bactéries formant des biofilms sont particulièrement résistantes sur ce type de sites. Les rats ont été inoculés avec un Staphylococcus epidermidis à l’endroit de l’implantation. Après deux semaines, l’infection persistait chez 63,2 % des animaux du groupe témoin non traité ; chez 37,5 % des animaux traités par un seul antibiotique ; et chez seulement 5,6 % des animaux traités par un antibiotique plus de la serratiopeptidase. Les auteurs en ont déduit que la serratiopeptidase était efficace pour lutter contre l’infection chez ce modèle animal expérimental et pouvait améliorer l’efficacité des antibiotiques dans le traitement des infections à staphylocoques.6

 

Références
1. Panagariya A. et Sharma A. K. A preliminary trial of serratiopeptidase in patients with carpal tunnel syndrome. Journal de l’Association des physiciens indiens, novembre 2000 ; 48 (11), p. 1130.

  1. Kee W. H., Tan S. L., Lee V. et Salmon Y. M. The treatment of breast engorgement with Serrapeptase (Danzen) : a randomised double-blind controlled trial. Singapour, in Journal de médecine, février 1989 ; 30 (1), p. 48-54.
    3. Gerngross H. et Fabian A. Reduction of postoperative swelling. Objective measurement of swelling of the upper ankle joint in treatment with serrapeptase, a prospective study (Allemagne), in Fortschr Med., 10 février 1989 ; 107 (4), pp. 67-68, 71-72. Esch PM.
  2. Mazzone A., Catalani M., Costanzo M., Drusian A., Mandoli A., Russo S., Guarini E. et Vesperini G. Evaluation of Serratia peptidase in acute or chronic inflammation of otorhinolaryngology pathology : a multicentre, double-blind, randomized trial versus placebo, in Journal Int Med Res., 1990 ; 18 (5), pp. 379-388.
  3. Nakamura S., Hashimoto Y., Mikami M., Yamanaka E., Soma T., Hino M., Azuma A. et Kudoh S. Effect of the proteolytic enzyme serrapeptase in patients with chronic airway disease, in Respirology, septembre 2003 ; 8 (3), pp. 316-320.
  4. Mecikoglu M., Saygi B., Yildirim Y., Karadag-Saygi E., Ramadan S. S. et Esemenli T. The effect of proteolytic enzyme serratiopeptidase in the treatment of experimental implant-related infection, in Journal Bone Joint Surg Am., juin 2006 ; 88 (6), pp. 1208-1214.

 

Avis des consommateurs

Vous devez être connecté sur Apoticaria pour donner votre avis, connectez-vous !

Par Michel le

Par Fabien le

une équipe à votre écoute
Une équipe d'experts à votre écoute
Notre équipe vous répond du lundi au vendredi, entre 9h et 18h
+33 (0)5 62 66 50 76
paiement sécurisé
Paiement 100% Sécurisé
Payez par Carte Bleue, PayPal, Chèque et Virement
logo carte bleue mastercard visa
livraison gratuite à partir de 100€
Livraison gratuite à partir de 100 € d'achats
Faites vous livrer gratuitement dès votre première commande
Connexion à votre compte client

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Mot de passe oublié ?

Votre panier
Vous n'avez aucun produit dans votre panier...
X
Continuer mes achats
Voir mon panier & commander
Création d'un compte client

J'ai lu et j'accepte les conditions générales de ventes du site.

Je ne trouve plus mon mot de passe

Saisissez l'adresse électronique associée à votre compte Apoticaria puis cliquez sur RECEVOIR MON MOT DE PASSE.

Un email contenant votre nouveau mot de passe vous sera envoyé.

CONNEXION INSCRIPTION

En restant sur ce site vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une experience d'utilisation optimale. Ok En savoir +